Une équipe plus ou moins sérieuse

Une équipe plus ou moins sérieuse - Samuel Thériault

On va avoir besoin de trouver un endroit qui offre la livraison pour pouvoir grignoter un peu. On va rester tard ici, c’est sûr. Le travail d’équipe qu’on comptait terminer avant la fin de la journée, va finir par être peaufiné pendant la nuit, et on va être fatigués pour la présentation orale demain après-midi. Du moins, je le serai, moi, car j’ai besoin de beaucoup d’heures de sommeil à toutes les nuits.

Nous sommes encore à l’université pour finaliser le tout, et je doute qu’on ait quelque chose qui soit complet pour la présentation. J’ai remarqué tout de suite, dès le début, que mon équipe ne serait pas à la hauteur. Je vous explique.

Premièrement, les personnes qui sont dans mon équipe ne bougeaient pas pour prendre les devants quand il s’agissait de planifier la première rencontre. Je devais le faire, mais après avoir remarqué que je ne le faisais pas, les autres n’ont pas levé le doigt pour envoyer les messages et se fixer une date et une heure. On s’est vu une deuxième fois, pendant le cours régulier, et on a parlé de se créer un groupe Facebook. C’est une autre personne qui devait s’en charger, et il ne l’a pas fait. Donc, déjà pour commencer, c’était difficile de s’arranger pour se rencontrer.

Ensuite, quand on a enfin réussi à se voir, une des personnes s’est déclarée malade, et une autre a dû quitter après seulement environ 45 minutes de temps passé ensemble pour discuter de notre projet. Donc, on n’a pas encore eu la chance de parler de ce travail pour avancer réellement de la bonne manière. On était que deux pour aller de l’avant, et je ne croyais pas que c’était suffisant pour vraiment faire avancer les choses. Donc, j’ai décidé de partir et d’aller faire autre chose, car j’avais beaucoup de pain sur la planche. J’ai plein d’autres devoirs et du travail pour mes clients, alors je voulais continuer à travailler ses choses-là.

Mais, ce n’est pas tout. Un des coéquipiers ne comprend absolument rien au thème qu’on a choisi. Si cette personne ne connaît rien à la militarisation de l’aide humanitaire, pourquoi a-t-elle mis son nom pour travailler dans ce groupe ? Il y avait encore plusieurs options de thèmes parmi lesquels choisir quand la feuille des sujets circulait dans la classe. Elle aurait pu facilement se mettre dans un autre groupe, et laisser ceux et celles qui comprennent bien la matière de mon choix à quelqu’un qui le comprend bien.

Pour ajouter à tout ça, un autre des coéquipiers a un conflit d’horaire, car il travaille à temps partiel pour une société de remplacement toiture La Prairie. Il ne sera donc peut-être même pas là pour l’examen final de la classe, et pour remettre le travail final par écrit. Il a choisi des cours qui sont la même journée ! Pourquoi a-t-il fait ça ?

C’est frustrant de voir combien les autres ne prennent pas ce travail au sérieux.