Un voyage bien rempli

Un voyage bien rempli - Samuel Thériault

La plus grande et la plus mouvementée aventure de ma vie, fut certainement celle-ci. Tout commença lors des vacances d’été, avec des collègues, nous avions décidé de passer quelques jours de vacances aux caraïbes, histoire de déstresser et profiter du soleil et de la nature. Nous sommes partis, avec la tête pleine d’images d’aventures, et ne pensant qu’à en profiter au maximum. Bagages faits, nous nous sommes donné rendez-vous à l’aéroport. Le premier à arriver aux  enregistrements fut Fred, le vieux célibataire de 35 ans arborant sont sourire malicieux, tels un touriste et son accoutrement bizarre, armé de son appareil photo fétiche, qui le suit partout. Arriva ensuite le couple d’amis nouvellement intégrés, mais déjà familiers avec le groupe, affichant un air d’aventuriers bourrés de kilos de bagages, que je devine surtout appartenant à madame. Il ne reste plus que notre petite Magalie, celle qui a eu la bonne idée de cette destination. La voix de l’hôtesse d’accueil invitant les passagers à présenter les bagages à l’enregistrement retenti dans le hall de l’aéroport. Paniqué, je décide d’appeler la petite retardataire, d’habitude toujours à l’heure et très ponctuelle. En allant composer son numéro, Fred s’écriait fort en l’apercevant au loin haletante et très stressée à vue d’œil, je me suis donc dit, sauvé par le gong à la dernière minute, la petite a eu un problème d’embouteillages. Nous nous dirigeons rapidement vers les enregistrements pour les modalités. Quand vint le moment où l’on devait enfin embarquer, le vieux Fred s’agitait partout cherchant un truc qu’il a peut-être perdu, j’ai deviné que c’était l’appareil photo. Magalie le rassurant d’un air moqueur, lui tendit l’appareil, le vieux Fred ayant presque les larmes aux yeux lui avait confié son bijou avant d’aller aux toilettes, plus de peur que de mal ! Nous avons enfin embarqué, en espérant que tout pouvait enfin aller pour le mieux… Donc, direction les cocotiers ! Arrivés à destination à 3 h du matin, un ami nous attendait à la sortie et nous avons embarqué dans une petite camionnette, pliant sous le poids de nos bagages, mais roulait merveilleusement bien. Arrivés à l’hôtel, exténués, nous avons chacun prit nos chambres et hop gros dodo ! Réveillé le matin par le chant des oiseaux, j’ouvris les volets et aperçus à quelques pas, la mer ! Quelle joie d’avoir cette vue imprenable, ce décor exquis loin des gros immeubles de mon appartement. Je sortis de la chambre et me dirigeais vers la piscine où tout le monde était déjà debout dévorant le déjeuner exotique, sous un abri soleil coloré. On pouvait enfin se dire… vive les vacances !